Entre avril et juin, l’un des plus beaux jardins municipaux de Rome ouvre ses portes au public : la roseraie municipale (il Roseto comunale di Roma).

La roseraie est séparée en deux parties et se trouve entre le mont Aventin (où tu trouveras le jardin des orangers) et le Circo Massimo. Le cadre est d’autant plus magnifique donc, avec la vue sur le Palatin, la coupole de Saint Pierre et d’autres monuments. Oui c’est beau et je ne m’en lasse pas !

Pour la petite histoire (parce que tout à une histoire à Rome), la roseraie a été créée en 1931 à coté du Colisée, mais a été détruite pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ce n’est qu’en 1950 qu’elle fut recréée cette fois à sa place actuelle, qui se trouve être un ancien cimetière juif, lui-même déplacé en 1934 dans le cimetière du Verano. Tu me suis ? Tout le jardin a été conçu en forme d’une menorah (le candélabre à 7 branches) et aux deux entrées on y trouve une stèle avec les Tables de la Loi de Moïse, pour rappeler l’ancienne fonction de l’emplacement. Tout ça conçut par l’architecte Angelo di Castro.

Bref, comme tu le sais, j’aime les fleurs (mais qui ne les aime pas ?), du coup dès que possible j’ai couru pour admirer les quelque 1100 variétés de roses exposées dans ce magnifique espace de 10 000 m² environ, la deuxième partie n’était malheureusement pas ouverte (tristesse infinie). On y trouve 3 types de roses, les roses botaniques, les roses antiques et les roses modernes. Les espèces que l’on trouve dans la deuxième partie du jardin, sont en fait celles qui concourent pour le « Premio Roma ». Il s’agit de nouvelles variétés, roses hybrides, déclinée etc… qui sont envoyées du monde entier pour être exposées et concourir.

Bref, un petit détour par la roseraie vaut le coup d’œil, certaines roses sont vraiment superbes, on en trouve de toutes les couleurs, tailles et formes, et je ne te parle pas de leur parfum… Rien à voir avec celles vendues aux touristes dans les rues de Rome. Chacune a son nom, plus ou moins original, il y a trois ans par exemple l’une d’entre elles s’appelait Alain Souchon… cette année j’ai pu admirer la Édith Piaf, qui vient des États-Unis… Cette année dans un article, j’avais lu qu’une variété de rose appelée Mutabilis (pas très gracieux pour une rose si vous voulez mon avis ) changeait de couleur 7 fois en 5 jours ! Le bouton est rouge, lorsqu’il est ouvert il devient orange, puis jaune, crème, rose clair, rose intense jusqu’à ce qu’il devienne cramoisi. WOW… et je ne l’ai pas trouvée… (tristesse infinie n°2), du coup je compte bien y retourner pour la trouver et découvrir la deuxième partie que je n’ai pas encore pu voir.

Cette année, la roseraie est ouverte du 21 avril au 17 juin 2018, toute la journée. Je t’invite donc à aller la visiter avant qu’elle ne ferme ses portes jusqu’à l’année prochaine, cours !!!

Voilà un petit avant goût :

Baci e abbracci

Publicités