« Roma, Roma, Roma, core de ‘sta Città, unico grande amore, de tanta e tanta gente, m’hai fatto ‘nammorà »

Traduction : « Rome, Rome, Rome, cœur de cette ville, seul grand amour, de tellement et tellement de gens, tu m’as fait tomber amoureux » voilà comment finit l’hymne de la Roma, ça annonce la couleur… hymne qu’ils crient, hurlent, chantent en cœur avec parfois la larme à l’œil devant leur TV, ou mieux, dans un stade en délire en mode explosion de cris, de couleurs rouges et oranges, entre drapeaux géants, écharpes et maillots et de SPQR en veux-tu, en voilà.

Comment ? Quoi ? On parle bien de foot là ?

Stellina parle de foot ? Euh… non rassurez-vous, moi et les ballons on ne s’entend toujours pas, je n’ai toujours absolument rien compris et je m’en porte très bien, merci. MAIS*, je m’interroge souvent sur les romains et ce rapport particulier qu’ils ont avec leur équipe préféré : l’AS ROMA.

Franchement, leur folie est touchante et communicative lorsque l’on regarde un match avec eux ou qu’ils en parlent car on voit que c’est une vrai passion, mais quand même flippante et perturbante lorsqu’on les entend hurler par la fenêtre en plein dimanche après-midi. La première fois que j’ai entendu un voisin hurler à la mort, j’ai commencé par m’inquiéter, mais mes colocataires m’ont répondu calmement, « T’inquiète c’est la Roma qui joue ». Ah ok, alors tout va bien… mais alors s’ils perdent ? Ils se jettent par la fenêtre de désespoir ??? Non, la Roma ne peut pas perdre, c’est pas envisageable. Non ne dis pas ça tu vas nous porter la poisse !!! Ah, pardon …

Après trois ans et demi à Rome, je me suis souvent interrogée sur cet engouement pour l’équipe de l’AS Roma, véritable institution ici et pour le capitaine de l’équipe Francesco Totti, élevé presque au rang de Dieu vivant, franchement je n’exagère pas. L’équipe de l’AS Roma est en fait un mélange entre les joueurs et ses tifosi, l’un n’existe pas sans l’autre, et ce, depuis la création du club dans les années 20 (sans me vanter, remerciez Wikipédia). Comme beaucoup d’autres équipes d’ailleurs, il paraît. Même si j’ai l’impression que pour la Roma c’est à un niveau supérieur, genre high level.

Il y a environ deux ans, moi et mon acolyte sommes parties au Stadio Olimpico pour faire l’expérience d’une « partita allo stadio« . À Rome, il faut le faire au moins une fois pour voir ça de ses propres yeux, et franchement je n’ai pas été déçue. Le stade est rempli de supporters de tous les âges, familles même parfois. Quand les joueurs sont nommés un par un la foule se lève, les applaudit et lorsque Totti arrive… euh ben c’est Totti quoi, et c’est complètement dingue ce qui se passe, je trouve pas de mot pour décrire. Ce mec a juste des milliers de personnes à ses pieds, pourquoi est-ce qu’il quitterait son équipe ? Car oui la particularité de ce joueur, malgré les offres complètement indécentes avec plein de chiffres pour intégrer d’autres équipes importantes, a TOUJOURS, oui TOUJOURS EN GROSSES LETTRES, refusé d’aller jouer ailleurs. Son public est donc fidèle et l’aime pour ça, oui un amour bizarre, mais c’est bien plus complexe, mais compliqué à comprendre, perso’ je vois ça plus comme aimer une divinité.

Petite aparté :

Oui, c’est un peu dingue mais Totti est la Roma, il est le Roi de Rome. Il y a quelques semaines justement (update du 13/06/17), le Capitano à fait ses adieux à son équipe, c’est pas encore très claire sur l’après, mais son dernier match était assez impressionnant. À part le fait qu’il n’ai joué que 15 minutes, l’après match a été grandiose. Enfin… surtout triste, l’ambiance était très particulière on aurait vraiment cru qu’il était mort, sans exagérer ! Les milliers de gens  venus pour lui pleuraient, certains avaient écrit sur une pancarte en romain « J’espérais mourir avant« , « Sans toi je n’y arriverai pas« , ou encore « Merci Capitaine« .  Lui a fait un discours assez fort et on sentait bien que pour lui aussi quitter son équipe n’était pas chose facile, en finissant simplement par « Vi Amo ».Après ça, certains ont peint des fresques sur des murs, d’autres se sont amusé à renommer une place en son nom, voyez plutôt : CLIQUE. Et certains tifosi, très extrêmes, sont encore en pleine déprime car ils ne s’en remettent pas. Une amie, qui a elle aussi pleuré à chaudes larmes, quelques heures après la fin m’a dit « C’est un grand Monsieur ». Tout ça résume parfaitement l’attachement des fans à Totti et vice versa. Il y a un avant et un après Totti.

Bref, revenons à mon expérience au stade : hymne … la musique commence, tout le monde se lève, brandit son écharpe de la Roma on chante (hurle), à côté de moi il y a un couple de jeunes d’à peu près mon âge, le mec très énervé se lève à chaque action (auxquelles je ne comprends pas et sa copine non plus visiblement, mais passons) et elle a côté a l’air de se demander POURQUOI elle a accepté de venir. Oui en fait la gent masculine a tendance à oublier l’être cher pendant une partita, ils oublient même tout ce qui est extérieur à la Roma. J’ai une copine, une femme, un mari, des enfants, un prêt, ma voiture en double file, oublié de payer mes impôts, mal au genou, etc… hein, c’est quoi tout ça ? Ok j’exagère peut-être un peu… les enfants « tifano » aussi.

En fin de match, gentiment (ou pas), les supporters commentent comment s’est déroulé la partita, oui ils auraient dû faire ça ou ça, ce jour là ça s’était pas super bien passé. E en parlant d’enfants, le plus surprenant ce sont certainement ces petits trop choux de 10 ans à peine qui commentent tout ce qui s’est passé, avec le vocabulaire, la façon de parler d’une grande personne et aussi passionnés que leurs aînés, vraiment !

L’AS Roma, toute la vie d’un Romanista.

À différents degrés évidemment. Il y a le supporter mesuré qui regarde les matchs avec plus ou moins de passion, est content quand ils gagnent, déçu quand ils perdent, un peu plus tendu quand c’est le derby AS Roma – Roma Lazio, et ça s’arrête là. Le extrêmement passionné qui, depuis son jeune âge a des autographes, posters, photos et j’en passe, à l’effigie de son équipe préférée et NON AU GRAND JAMAIS ne s’en séparera, regarde TOUS les matchs quitte manquer un rendez-vous important, a l’inscription annuelle au stade et qui pour un derby est tendu comme un string, à mal dormi et met une semaine à s’en remettre lorsqu’ils perdent. On me souffle dans l’oreillette que c’est quasiment la même chose avec la Juventus…

Après avoir souvent discuté de cette « Pazza gioia« , de cet Amour (avec un grand A) pour leur équipe, j’ai cherché à comprendre pourquoi tant de folie, pourquoi à Rome surtout. Ah, bonne question Thérèse ! En fait, je la comprends toujours pas, mes connaissances étant médiocres dans le domaine du fouteballe (football, calcio, capito ?). Mais je ne pense pas que pour une personne extérieur comme moi ce soit compréhensible, pour eux c’est simplement une passion qu’ils partagent, un honneur de vivre dans la ville où l’équipe est née, où Totti est né et est resté. L’AS Roma est une fierté, même s’ils perdent, ils seront toujours là pour les soutenir, même si sur le coup ils sont fâchés tout rouge (Mortacci tua ! insulte romaine pas jolie-jolie qui exprime un très grand mécontentement, vous l’avez imaginé, je le sais). Touchants et fou ces tifosi, je vous l’ai dit !

Petite parenthèse : (À Naples ils sont dans le même esprit, pour info, et ont même un autel avec une mèche de cheveux de Maradona pour la petite anecdote…)

Forza Roma - Carte postale - photographe Claudio Corrivetti
« Vive la joie folle d’être Romanisti » – Carte postale – photo par Claudio Corrivetti

Baci & abbracci !

Stellina

*J’aime les majuscules-bold aujourd’hui

Publicités