Relation : c’est compliqué

Alors alors… « Bonjour tout le monde ! » Nan j’rigole… On y est ! Après une longue réflexion voici donc mon premier sujet : tadaaammmm

Oui parce qu’en fait c’est le grand sujet en ce moment, articles en tous genres sur les journaux de Rome d’Italie et d’ailleurs, vidéos, photos sur Facebook, Twitter et tout le tralala, cela devient « un incubo » (cauchemar dans cette langue magnifique qu’est l’italien) (coeurs et étoiles dans les yeux).
Je récapitule la situation, à Rome, capitale de l’Italie, il n’y a que 2 lignes de métro. En fait 2 et demi car la troisième est en construction depuis environ 2000 ans (j’exagère, enfin ! Mais tu as compris l’idée j’en suis sûre, je crois en toi), ils ont tout de même ouvert quelques stations il y a quelque temps, mais bon qu’une petite partie. Oui car en fait sous terre, sous nos pieds Rome est pleine de trésors antiques, de trous et de galeries qu’il est hors de question de détruire! Donc lorsqu’ils tombent sur un petit bout de l’histoire de la ville éternelle, tout s’arrête. Boum, les archéologues et tous les autres spécialistes nécessaires arrivent pour voir et analyser tout ça. Puis ils recommencent, retombent sur un trésor et voilà ceci est un éternel recommencement ! Bref le métro est une joie infinie, noire de monde (Termini aux heures de pointe…Vient essayer tu ne seras pas déçu), sale, pleine de pickpocket, et des fois même sans clim. « Ouais mais à Paris c’est la même chose!  » Oui et Non mon petit car ici, nos 2 lignes et demi de métro n’ont pas non plus d’horaires, l’écran d’affichage peut indiquer qu’un métro arrivera dans 4 minutes pendant 15-20 minutes.

Concernant les bus (rire nerveux et sarcastique) incroyable bordel car, la non plus, aucune information juste sur lea horaires, en fait pour faire simple ils partent du terminus un peu quand ils veulent. Il est possible d’attendre un bus 45 minutes sous la pluie battante (oui la pluie il n’y en a pas souvent, mais lorsqu’il pleut: IL PLEUT!!! c’est pas le petit crachin breton, ça mouille en un quart de seconde, mais je reviendrai dessus un autre jour) ou sous 40 degrés en plein soleil. Donc à cause de tous ces retards le bus est plein, de travailleurs (pauvre de nous qui avons besoin de travailler pour vivre et d’arriver à l’heure au travail) et de touristes (pauvre d’eux qui cherchent désespérément à rejoindre le Colisée depuis Piazza Venezia, au fait pour votre info: 10 min à pied pour faire le trajet… à bon entendeur…). Non sans parler de la non-climatisation, des pannes en plein milieu de la route et qui manquent de s’éparpiller en mille morceaux à chaque bosse ou creux sur la route. Tout ça aussi dans la circulation, parce que, oui, pas de voie pour les bus, donc voitures, scooters, vélos et bus se partagent le trafic…

Le tram, même chose que le bus en fait, à part que des fois (et la raison reste parfois inconnue) les rails ont décidé de refuser que le tram lui roule dessus (Ah petit capricieux ce tram). Donc des bus remplacent les trams… Un bus pour une rame, tu vois le problème? Pas de place pour rentrer dans le bus!!!

Tout ça avec la bonne humeur (sarcastique) des conducteurs et leur façon brutale de conduire, parce que c’est rigolo de voir tout le monde se casser la g***** quand ils freinent et redémarrent (ahahaha quel humour ils ont).

Histoire: Un jour, entrant dans le bus plein de monde je me suis retrouvée coincée en plein milieu, à mon tour de sortir j’arrive à accéder à la porte de devant, normalement l’idée (qui ne fonctionne pas) est que pour rentrer on devrait rentrer par la porte de devant ou de derrière (selon ton humeur, créativité, envie ou stratégie) et ressortir par celle du milieu. Mais enfin bon quand il est rempli on a tendance à prendre la plus proche histoire de ne pas avoir à pousser tout le monde. BREF! J’arrive à accéder à cette fameuse porte de devant, qu’il n’ouvre pas, j’essaye donc d’interpeller le chauffeur avec ma petite voix fébrile et mon italien de 3 semaines. Rien aucune réaction, un gentil passager me voit et interpelle donc le chauffeur pour moi en lui demandant gentillement d’ouvrir la porte car je suis bloquée et là me regarde, prend cet air que seuls les italiens savent faire et me dit « Ti sei addormentata ? » traduction: « Tu t’es endormie ? » euh, alors… BIZARREMENT je ne suis pas restée calme, non non. Mais oui enfin Monsieur quelle question, mais j’étais pas à l’aise j’ai oublié mon oreiller et ma couette à la maison!!! Mah…

Bon je tiens à préciser qu’après avoir visionné la vidéo de ce petit conducteur de bus qui dénonce un peu le fonctionnement de l’entreprise de transports publics (pour ceux qui comprennent l’italien voilà le lien), et appelée « Perchè i bus non passano », j’en veux moins aux conducteurs car je peux comprendre leur malaise et leurs conditions de travail déplorables…  Mais pour qu’une entreprise fonctionne il faut que tout le monde s’y mette non?

Enfin ça va, ça marche aussi des fois c’est pas non plus tout le temps comme ça. Il se trouve que parfois, j’arrive même en avance au travail, que je n’attende pas le bus, et qu’un métro soit vide… Comme ce matin par exemple : bus climatisé, presque pas plein (même arrivé au Colisée), trafic fluide : PARADIIIIISE (comme chante Coldplay)

Tout ça pour dire, tout le monde à pied, en velo, ou pourquoi pas à cheval! Moins de pollution, de trafic dans tous les sens et de transports en commun en retard ou carrément arrêtés. Voilà, idée simple et efficace.

Bon je vous laisse j’ai mon bus à prendre (s’il passe).

Baci e abbracci !

Publicités